Logo Agneau de la Gaspésie nourri aux algues

Alimentation

La ferme produit ses fourrages et son avoine. Le foin d’ensilage et de lotier se faisait en balles rondes encore que la paille se fait encore en petites balles carrés. En 2004, l’ensilage de maïs a été essayé puis abandonné car avec trois formes de récolte, la gestion des champs devenait complexe. Un supplément protéique, des vitamines et minéraux font aussi partie de la ration. Des essais d’alimentation avec des pommes de terres provenant de producteur régionaux ont également été faits. Pour ensuite découvrir que la pomme de terre contenait naturellement un anti-ovulant. Exit, les patates!

L’allée centrale du dôme a 12 pieds de large, ce qui permet au tracteur de distribuer l’ensilage à l’aide d’une déchiqueteuse. Une aide précieuse qui sauve temps et argent.

En 2014, l’ensilage de maïs est de retour. De nouvelles semences sont mieux adaptées au climat gaspésien. Un nouveau bâtiment se construit, une bergerie spécialisée dans les agnelages ainsi qu’une nouvelle pouponnière pour les surnuméraires et la louve (machine d’allaitement).

2015. La nouvelle bergerie est maintenant fonctionnelle. Les ballons pour l’aération tiennent leur promesse de laisser entrer la lumière tout en gardant le contrôle de la qualité de l’air. Les brebis y sont à l’aise pour mettre bas, les agneaux sont au chaud sur paille fraîche. L’alimentation et le paillage se font par la déchiqueteuse.

Le bâtiment pour la pouponnière et la louve sont prévus pour l’automne 2018.